Entreprises : Comment mieux coopérer avec les lycées professionnels ?

Une nouvelle alliance entre le lycée professionnel et l’entreprise

Textes Famille des métiers

lundi 23 octobre 2023, par Laurent Nadiras

De la découverte des métiers à la transformation des formations







Action 1

1. Qui est concerné ?

Si vous rencontrez des difficultés à recruter au niveau Bac, faute de vivier ou parce que les candidats n’ont pas encore la maîtrise technique ou la maturité comportementale attendue ;
• Si les activités professionnelles de vos entreprises ont particulièrement évolué et exigent une spécialisation professionnelle nouvelle ;
• Si vous souhaitez mettre le pied à l’étrier de jeunes dont vous savez qu’ils peinent à accéder à l’emploi :
Alors peut-être votre solution est-elle d’être partenaire d’un établissement de formation proposant une formation secondaire de spécialisation professionnelle.

2. De quoi parle-t-on ?

D’une formation certifiante d’un an maximum et orientée vers l’emploi.
Elle se déroule toujours en alternance, soit sous statut scolaire, avec 50 % de stage, soit sous statut d’apprenti.

Ce peut être :
Une mention complémentaire proposée par l’éducation nationale, qui prendra l’an prochain le nom
• De certificat de spécialisation, pour mieux exprimer son utilité ;
• Un certificat de spécialisation agricole, dans ce secteur économique spécifique ;
• Un titre professionnel proposé par le ministère du Travail ;
• Un autre diplôme de l’État, notamment dans le champ des sports (brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport), de la santé (aide-soignant), etc. ;
• Un certificat de qualification professionnelle proposé par une branche, qui sera alors préparé dans le cadre d’un contrat de professionnalisation ;
• Et pourquoi pas un CAP ou bien d’autres possibilités.

3. Comment s’y prendre ?

• En sollicitant le bureau des entreprises du lycée qui vous intéresse, sinon le rectorat, à une plus large
Échelle territoriale.
• En expliquant des besoins et en proposant de recruter des jeunes en alternance.
• En vous coordonnant, le cas échéant, avec d’autres entreprises, pour que votre collectif propose un partenaire encore plus efficace pour inventer les meilleures solutions.
• En faisant vite : il est encore possible d’enrichir l’offre de formation qui sera présentée en janvier via la plateforme Parcoursup.
• Si la formation certifiante que vous recherchez n’existe pas encore, il est possible d’en obtenir la création, suivant le processus détaillé dans la fiche action 2.

Contact

• Le responsable du bureau des entreprises, au sein des lycées professionnels
Pour consulter l’annuaire national des bureaux des entreprises :
www.education.gouv.fr/les-bureaux-des-entreprisesdans-les-lycees-professionnels-379392
• Les directions régionales académiques à la formation professionnelle initiale, continue et l’apprentissage (Drafpica)



Action 2

Quelles solutions pour trouver réponse à vos besoins en compétences ?

1. Suggérer l’ouverture de nouvelles formations diplômantes dans un lycée professionnel de votre territoire

La carte des formations professionnelles évolue constamment et le rythme de cette transformation s’accélère, pour mieux répondre aux besoins de l’économie et favoriser l’accès des jeunes à l’emploi.
L’expression de vos besoins et le témoignage de vos difficultés intéressent le lycée. Ces informations seront prises en compte dans le processus annuel, coordonné par le rectorat et le conseil régional, qui conduit à décider d’ouvrir et de fermer certaines formations diplômantes.

2. Proposer la mise en place d’une coloration de diplôme professionnel ou d’une formation complémentaire d’initiative locale (FCIL)

Il est aussi possible de proposer la création d’une formation ad hoc. En lien avec les acteurs éducatifs, un diagnostic d’opportunité est alors à poser : compétences techniques, compétences transversales, périmètre du bassin d’emploi, quantification et caractérisation des besoins immédiats, à moyen terme, à long terme, etc.

Sur la base de ces travaux, le lycée peut créer une formation complémentaire d’initiative locale (FCIL) ou établir une coloration professionnelle d’un diplôme existant.

La FCIL est un complément de formation à visée de professionnalisation, d’une durée de six mois à un an, dont les bénéficiaires sont déjà titulaires d’un CAP, baccalauréat professionnel ou BTS.
La coloration d’un diplôme professionnel consiste en une adaptation des programmes
d’enseignements de ce diplôme national dans un contexte ciblé, afin de répondre à un besoin
spécifique en compétences d’une entreprise, d’une filière professionnelle ou d’un territoire. Cette coloration peut se traduire au sein des enseignements (généraux comme professionnels) et des mises en situation professionnelles, sans allongement de la durée de scolarité.

3. Soutenir des travaux nationaux en vue de créer un nouveau diplôme de certificat de spécialisation professionnelle en un an, post CAP ou post baccalauréat professionnel

Vous pouvez solliciter votre fédération professionnelle pour qu’elle relaie votre préoccupation en ccommission professionnelle consultative (CPC), instance nationale chargée d’examiner les projets de création, de révision ou de suppression de diplôme de votre secteur d’activité.
Une note d’opportunité caractérisant le besoin est établie : descriptif du diplôme, origine de la demande, contexte économique, main-d’oeuvre, activités du titulaire du diplôme, cible d’emplois, etc.
Une fois le besoin validé, un groupe de travail est installé, composé d’acteurs économiques et scolaires.
Le groupe de travail a pour objectif l’élaboration d’un référentiel de diplôme professionnel. Ce travail d’élaboration, d’une durée variable (de 12 à 18 mois), suit différentes phases jusqu’à la publication finale du référentiel et la mise en œuvre du diplôme dans les lycées professionnels.

Contact

• Le responsable du bureau des entreprises, au sein des lycées professionnels
Pour consulter l’annuaire national des bureaux des entreprises :
www.education.gouv.fr/les-bureaux-des-entreprisesdans-les-lycees-professionnels-379392
• Le rectorat (délégations de région académique à la formation professionnelle
Initiale et continue) :
www.education.gouv.fr/les-regions-academiques-academies-et-servicesdepartementaux-de-l-education-nationale-6557



Action 3

Sous quelles formes pouvez-vous intervenir Dans les collèges ?

1. En proposant des actions dans votre entreprise
Exemples d’actions :

• Accueillir des élèves dans votre entreprise pour faire découvrir ses différents métiers.
• Proposer des immersions ou des stages.
• Mobiliser vos réseaux pour faciliter le développement des stages de découverte, des immersions et des visites des collégiens.

2. En proposant des actions au collège
Exemples d’actions :

Intervenir en classe pour présenter votre métier et votre parcours.
Sensibiliser au monde de l’entreprise et ses codes.
Échanger avec les collégiens (témoignages, interviews des professionnels et des apprentis).
Participer à des événements (forums des métiers, salons).

5 bonnes raisons d’intervenir auprès des collégiens :
• Développer les connaissances et les compétences nécessaires aux élèves qui construisent
Progressivement leur projet d’orientation scolaire et professionnel.
• Donner des représentations plus justes de la réalité d’exercice des métiers.
• Contribuer à la lutte contre les déterminismes liés au genre, à l’origine sociale ou géographique.
• Valoriser les secteurs qui offrent des débouchés.
• Permettre aux collégiens de découvrir les métiers qui recrutent et les métiers d’avenir.

Contact

• Le service orientation de votre région
• Le rectorat (délégations de région académique à l’information et à l’orientation et délégations de région académique à la formation professionnelle initiale et continue)
• Directement le collège de votre territoire : via le chef d’établissement ou le référent découverte des métiers.



Action 4

Le bureau des entreprises est votre point d’entrée privilégié dans chacun des lycées professionnels de votre bassin d’emploi.

Le bureau des entreprises en 5 missions

• L’appui aux enseignants et formateurs dans les interactions avec le monde professionnel.
• La mise en place d’actions conjointes entre le lycée, le monde professionnel et les acteurs locaux.
• Une ressource pour trouver et réussir des stages, périodes de formation en milieu professionnel
Et alternances de qualité.
• Le développement du sentiment d’appartenance au lycée professionnel et d’un réseau
Des anciens élèves.
• Le suivi des réussites de parcours professionnel et d’insertion de chaque personne formée dans l’établissement.

1. Pour proposer des stages ou des contrats d’apprentissage aux élèves

Engagé aux côtés des équipes pédagogiques, le responsable du bureau des entreprises accompagne les postulants à la recherche d’une entreprise pour un stage ou un contrat d’apprentissage, en s’appuyant sur les dispositifs existants dans son bassin d’emploi :

Plateformes ou banques de stage développées par les collectivités territoriales ;
• Comités locaux école-entreprises (lieu d’animation, d’échanges, de mutualisation) ;
• Chargés des relations entreprises à l’échelle des CFA académiques et des Greta ;
• Réseaux associatifs, etc.

2. Pour évoquer tous les sujets liés à vos besoins de formation ou de recrutement

La mission du bureau des entreprises est de contribuer à l’attractivité des formations professionnelles, à la réussite des parcours de formation, à l’amélioration de l’insertion professionnelle et à l’adaptation des formations aux besoins en compétences du territoire.

3. Pour proposer votre participation à des événements permettant de développer les relations lycée-entreprises

Exemples d’actions dans lesquelles vous pouvez vous impliquer :

• stage dating ;
• Accueil de professeurs dans votre entreprise ;
• Participation de vos salariés à la formation des élèves quelques heures
Par semaine aux côtés des professeurs, etc.

Contact

• Le responsable du bureau des entreprises, au sein des lycées professionnels
Pour consulter l’annuaire national des bureaux des entreprises :
www.education.gouv.fr/les-bureaux-des-entreprisesdans-les-lycees-professionnels-379392



Action 5

Quelles options pour vous engager dans des actions de mentorat ?

Le mentorat est un engagement bénévole. Il s’inscrit dans la durée : 2 h/mois minimum, pendant au moins six mois. Le binôme est encadré par une structure, le plus souvent une association.

Les champs d’action sont variés :

• Accompagnement à la scolarité • Ouverture socio-culturelle
• Aide à l’orientation
• Valorisation des compétences
• Insertion professionnelle
• Développement du talent et du potentiel
• Confiance en soi
Les modalités d’accompagnement sont à définir en amont de l’engagement : 100 % distanciel, mixte ou 100 % présentiels.

1. Si votre entreprise a déjà structuré en interne la mise en place d’actions de mentorat
Prenez contact directement avec une ou plusieurs associations qui accompagnent des jeunes de lycées professionnels, en consultant le site internet :
1jeune1mentor.fr

Les avantages du mentorat

Pour les mentorés, le mentorat est un levier d’inclusion sociale, culturelle et économique qui permet :

• De renforcer sa motivation ;
• D’être accompagné dans son orientation ;
• De trouver d’autres sources d’inspiration ;
• D’être aidé dans son insertion professionnelle et sa recherche de stage ;
• D’acquérir de nouvelles méthodes de travail et prendre confiance en soi.
Pour les entreprises, le mentorat est un outil RSE et RH concret qui permet :
• De s’engager pour une société plus inclusive et juste ;
• De développer les soft skills de ses collaborateurs ;
• De répondre aux exigences CSRD et labels d’entreprises engagées ;
• De fédérer les équipes autour de valeurs communes ;
• De s’ancrer sur les territoires et aller à la rencontre de jeunes talents.

Pour les collaborateurs, le mentorat est une aventure humaine qui permet :

• De s’engager bénévolement, pendant le travail ou en dehors ;
• De transmettre ses connaissances du monde de l’entreprise ;
• D’agir concrètement pour l’égalité des chances ;
• D’acquérir une meilleure compréhension de la réalité des jeunes aujourd’hui ;
• De renforcer le sentiment d’utilité sociale.

2. Si votre entreprise a besoin de plus d’informations/conseils et souhaite être accompagnée

• Inscrivez-vous sur le site 1jeune1mentor.fr, rubrique entreprises.
• Posez toutes vos questions lors d’un webinaire de présentation animé par le Collectif Mentorat (Un webinaire par semaine).
• Entrez en relation avec une ou plusieurs associations ciblées avec le Collectif Mentorat.

3. Votre entreprise peut aussi prendre part au programme P-TECH

Le programme P-TECH s’articule autour de trois types d’intervention :

• Du mentorat de projet : les salariés réalisent des interventions ponctuelles ou des activités impliquant les lycéens dans des projets de classe, sur des sujets appartenant aux programmes ;
• Du mentorat en immersion : les salariés s’impliquent pour faire découvrir leur entreprise lors de visites ou d’événements coordonnés par les entreprises partenaires ;
• Du mentorat de carrière : les salariés motivés aident les élèves à travailler leur confiance en soi, à préparer leur recherche de stage, à travailler leurs compétences sociales, etc. lors de rendez-vous individuels ou en petit groupe (une fois par mois minimum).

Les apports du programme P-TECH sont nombreux.

Pour les élèves, le programme a pour effets :
• Une amélioration significative du climat de classe ;
• Une diminution de l’absentéisme et du décrochage ;
• Le développement des stages (augmentation des propositions, amélioration de la qualité).
Les entreprises trouvent aussi leur compte dans P-TECH :

• Les liens école-entreprise sont renforcés, notamment avec les enseignants ;
• Les métiers de l’entreprise sont valorisés ;
• Les mentors engagés montrent une importante satisfaction sur le long terme et mettent en avant le plaisir ressenti à la transmission de leurs compétences ;
• Le programme permet une découverte approfondie de l’entreprise pour les élèves.

Les engagements du programme P-TECH

Les entreprises volontaires pour s’engager dans P-TECH mettent en œuvre un programme
D’accompagnement sur cinq ans (de la 2de professionnelle à la 2e année de BTS), en lien avec le cursus de formation professionnelle des élèves :

• co-construction avec l’éducation nationale d’un plan de progression qui définit les aménagements nécessaires ;
• Interventions de professionnels, visites, activités d’immersion en entreprise, projets collaboratifs ;
• Correspondant qui coordonne les activités liées à la contribution de l’entreprise ;
• Système de mentorat élève-professionnel ;
• Stages en entreprise ou apprentissages selon les besoins ;
• Engagement à étudier l’ensemble des candidatures des diplômés P-TECH.
Pour en savoir plus, il vous est possible de contacter le bureau des lycées professionnels, de L’apprentissage et de la formation professionnelle continue écrire à dgesco.a2-2@education.gouv.fr,
Les services de la formation professionnelle initiale et continue de chaque rectorat (Drafpic), ou l’organisation professionnelle Numeum qui vous accompagnera avec la fondation C-Génial
Dans votre entrée dans le programme P-TECH.



Action 6

Déjà 110 Campus des métiers et des qualifications (CMQ), pour faire monter en compétences durablement vos collaborateurs actuels ou futurs.

1. Le CMQ : pour repérer et accéder à toutes les formations

De votre filière dans votre région, quel que soit l’établissement délivrant la formation

Les Campus des métiers et des qualifications créent un lien durable sur un secteur d’activité entre les lycées professionnels, les CFA, les établissements d’enseignement supérieur, les organismes de formation professionnelle d’une région et les entreprises. Ils tiennent à jour une cartographie des formations disponibles dans la région pour vos expertises.
De l’industrie 4.0 au bâtiment, des systèmes numériques aux services à la personne, 110 Campus labélisés sur l’ensemble du territoire contribuent à ce jour aux enjeux de réindustrialisation et de souveraineté de la France.
Le Campus n’est pas un organisme de formation, mais un consortium d’acteurs reconnu par son label. Il rend lisibles et visibles l’ensemble des parcours de formation et saura vous orienter, selon vos besoins, vers les bons interlocuteurs en lycée, en CFA, en école d’ingénieurs ou dans la bonne composante de l’université.

2. Le CMQ : pour mettre en place des expériences disruptives afin d’attirer les jeunes, retenir vos collaborateurs et intégrer des salariés en reconversion dans votre secteur d’activité

Les Campus des métiers et des qualifications associent dès leur création le conseil régional, qui est compétent sur l’information et la découverte des métiers pour les jeunes. En vous engageant dans ce collectif, vous pouvez concevoir des plans de communication qui intègrent des éléments provenant des opérateurs de compétences, des branches professionnelles ou d’autres acteurs comme WorldSkills.
Passer par des Campus pour définir une stratégie d’attractivité, c’est l’assurance de capitaliser sur l’ensemble des forces du secteur d’activité, vous permettre d’atteindre plus efficacement les bonnes cibles en mobilisant les canaux existants. La connaissance des initiatives déjà menées sur le territoire permet aux Campus de vous conseiller sur les actions considérées actuellement comme innovantes et efficaces et le bon calendrier.

3. Le CMQ : pour professionnaliser votre offre de formation interne et mutualiser vos besoins de formation à l’échelle régionale/ nationale ou par domaine d’activité

Les Campus sont créés à l’initiative conjointe des entreprises d’une filière, parfois réunies en cluster, du président de région et du recteur de région académique, pour traiter des sujets de formation.
Les entreprises sont membres de la gouvernance publique-privée du Campus : un prérequis pour répondre efficacement aux besoins de formation de votre filière à l’échelle de la région ou d’un bassin économique.

Au sein du Campus des métiers et des qualifications, vous pouvez :

• Exprimer votre besoin en compétences, le comparer à ceux d’autres entreprises de la filière et partager un diagnostic ;
• Trouver des ressources pour professionnaliser votre offre de formation interne ;
• Donner votre avis sur les parcours de formation actuels ou en construction à destination des jeunes, des salariés, des personnes éloignées de l’emploi, etc. ;
• Mutualiser les moyens et les ressources pour des formations d’expertise pointues et attractives ;
• Vous associer au plan d’action sur l’attractivité des formations et des métiers déployés pour votre secteur afin d’atteindre toutes les cibles : jeunes, enseignants, parents, etc. ;
• Former vos formateurs aux dernières innovations pédagogiques.
Lorsqu’un besoin de formation émergent est partagé par des entreprises/filiales présentes dans plusieurs régions, les Campus du même secteur d’activité s’organisent en réseau pour apporter une réponse concertée d’envergure, si besoin à une échelle nationale.

Contact
• La directrice opérationnelle ou le directeur opérationnel du Campus des métiers et des qualifications, plus d’informations et contacts directs sur :
www.education.gouv.fr/les-campus-des-metiers-et-des-qualifications-5075

Contact

• La directrice opérationnelle ou le directeur opérationnel du Campus des métiers et des qualifications, plus d’informations et contacts directs sur :

www.education.gouv.fr/les-bureaux-des-entreprisesdans-les-lycees-professionnels-379392



Action 7

Pourquoi proposer à vos salariés d’intervenir en lycée professionnel en tant que professeurs associés ?

1. Pour promouvoir votre secteur et vos métiers

Le recrutement de professeurs associés permet aux lycées professionnels de bénéficier de l’expertise de salariés qui continuent à travailler en entreprise et consacrent une partie de leur temps à transmettre leurs compétences à des jeunes se destinant au métier qu’ils exercent.
Le dispositif concerne ceux de vos collaborateurs justifiant d’une expérience professionnelle d’une durée de cinq ans au moins, en rapport avec une discipline enseignée en lycée professionnel.

2. Pour enrichir votre partenariat avec un lycée de proximité en contribuant à des formations de qualité

Les besoins sont définis par chaque rectorat, en lien avec la carte régionale des formations des lycées, pour répondre à des besoins de recrutement de professionnels « du geste », en prise directe avec la réalité des métiers.

3. Pour diversifier les activités et élargir les perspectives de certains salariés

Le professeur associé exerce un service à temps incomplet correspondant au maximum à 50 % de la durée d’un service à temps plein (soit 324 heures annuelles d’obligation de service devant les élèves). Il est recruté par le rectorat en qualité de contractuel, la rémunération tenant compte de son expérience.
Ce peut être une activité supplémentaire pour un temps donné. Mais, en fonction de leurs résultats, vos collaborateurs peuvent s’insérer dans un nouveau parcours professionnel :

• Un contrat d’une durée maximale de trois ans, renouvelable dans la limite de six ans ;
• Une reconversion durable pour ceux qui souhaitent devenir professeurs de lycée professionnel.

Contact

• Le responsable du bureau des entreprises, au sein des lycées professionnels
Pour consulter l’annuaire national des bureaux des entreprises :
www.education.gouv.fr/les-bureaux-des-entreprisesdans-les-lycees-professionnels-379392



Action 8

Comment contribuer à la formation des professeurs en lycée professionnel afin qu’ils acquièrent les connaissances nécessaires à l’évolution du contexte professionnel et des métiers de votre secteur d’activité ?

1. En nouant un partenariat local avec une école académique de la formation continue (EAFC)

La réforme des lycées professionnels fixe l’objectif que chaque professeur en lycée professionnel puisse se former en entreprise ou dans un Campus des métiers et des qualifications a minima une fois tous les trois ans.

Vous pouvez proposer des actions de formation in situ permettant aux professeurs de découvrir

Une filière, des métiers et leurs évolutions, ou d’approfondir leurs compétences :
• Visites d’entreprises ;
• Stages d’immersion « sur site » ;
• Webinaires thématiques ;
• Actions ciblées ou non sur un type de personnel (fonctions spécifiques) ;
• Formations collectives ou individuelles.

Les écoles académiques de la formation continue (EAFC) permettent à tous les personnels de bénéficier d’un parcours de formation dans une démarche :

• Centrée « usager », avec des cycles spécifiques dédiés pour chaque catégorie de personnel ;
• Au plus près des personnels, avec un déploiement sur tout le territoire ;
• Personnalisée, avec des parcours de formation adaptés aux besoins de chacun ;
• Transversale, pour la création d’une culture professionnelle commune ;
• Qualifiante/diplômante, en lien avec les établissements d’enseignement supérieur et les différents organismes de formation.

Au-delà des formations individuelles à la carte, les EAFC proposent également des formations collectives pour répondre aux besoins des collectifs de travail.
Les EAFC ont pour mission de faciliter et de sécuriser les partenariats entre les académies et les offreurs de formation.

Contact

• L’école académique de la formation continue la plus proche de votre entreprise :

www.education.gouv.fr/les-ecoles-academiques-de-la-formation-continueeafc-des-formations-au-plus-pres-des-besoins-et-de-l-340541

2. En tissant un partenariat national avec le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse
Si vous souhaitez déployer une ou plusieurs formations pour les enseignants en lycée professionnel à l’échelle nationale, votre interlocuteur privilégié est la direction générale de l’enseignement scolaire (Dgesco) du ministère.

Contact

• Le bureau de la formation des personnels enseignants et d’éducation :
Écrire à dgesco.formation@education.gouv.fr
• La mission éducation économie et campus :
Écrire à dgesco.meec@education.gouv.fr


Télécharger le guide du ministère

Entreprises : comment mieux coopérer avec les lycées professionnels ?

Le guide « lycées professionnels, bureaux des entreprises : comment mieux coopérer avec les entreprises ? »


Lien